Contexte de cette journée

La Rage est une zoonose majeure très répandue qui continue de causer des mortalités importantes à travers le monde. Elle est par ailleurs classée parmi les maladies négligées et fortement sous-déclarées. Elle est d’issue fatale dans presque 100% des cas chez l’homme et l’animal, dès la manifestation des signes cliniques. Elle fait peser, sur le plan psychologique, social et économique, des charges considérables aux populations de nombreux pays ; ce qui fait d’elle un problème majeur de santé publique.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), une personne meurt de la rage toutes les dix minutes dans le monde. Chaque année près de 60 000 (OMS, 2017) personnes meurent de rage, principalement chez les enfants dans les pays en développement où la prise de conscience sur la gravité de la maladie et l’accès à la prophylaxie post-exposition sont limités, voire inexistants.

Pour promouvoir la lutte contre cette maladie qui fait des ravages dans le monde, il a été initié en 2006 aux Etats Unis d’Amérique (USA), la Journée Mondiale contre la Rage (JMR) par une alliance de chercheurs et professionnels pour le contrôle de la Rage dénommée ARC (Alliance for Rabies Control). La célébration inaugurale de cette journée a été faite pour la première fois le 8 septembre 2007 et l’évènement a connu un succès éclatant à travers le monde avec la mobilisation de plus de 400 000 personnes dans 74 pays.

Depuis cette date, l’Alliance ne cesse d’enregistrer des succès toujours plus éclatants à travers des manifestations de millions de personnes dans plus de 150 pays de la planète. Finalement, le 28 septembre qui correspond à la date anniversaire du décès de Louis PASTEUR, célèbre savant qui a mis au point le vaccin humain contre la rage a été retenu pour la célébration de cette journée.

En Guinée, la rage fait chaque année de nombreuses victimes tant en milieu urbain que rural parmi les populations animales et humaines. Les chiens et chats errants infectés sont les principaux responsables de la transmission de la maladie. Environ 20% des ménages guinéens disposent d’au moins un carnivore de compagnie (chien ou chat) ; soit approximativement 3 000 000 de têtes et dont la quasi-totalité ne sont pas sous le contrôle de leurs propriétaires. Ces animaux se rencontrent partout, errants sur les places publiques, autour des hôpitaux, dispensaires, centre de santé, ports et débarcadères, dans les cimetières, les décharges ou aux dépotoirs d’ordures à la recherche de nourriture.

Les statistiques des services vétérinaires et ceux de la santé publique sur la rage pour la période 1995 – 2010, ont révélé que 96% des animaux mordeurs sont des chiens, 54% de cas de morsures sont causés par les chiens errants ; 87,5% des animaux mordeurs n’étaient pas vaccinés contre la rage. Entre 2011 et 2017, il a été notifié 52 cas de décès des suites de rage humaine, 7 465 cas de morsure de ruminants dont 7 cas de rage (MEPA/BSD 2018). En 2018, l’ANSS a rapporté 797 cas de personnes exposées. Du 31 décembre 2018 au 7 avril 2019, sur la base des documents disponibles à la DNSV, 32 cas de personnes exposées ont été enregistrés dont 53,12% cas chez les enfants de 0 à 15 ans, 28,12% cas de 16 à 30 ans et 18,75% cas chez les personnes de plus de 30 ans.

Face à cette situation, la Guinée à l’instar d’autres pays du monde, avec l’appui de la FAO a formulé en 2018 sa stratégie nationale de lutte contre la rage assortie d’un plan d’action de mise en œuvre. Parallèlement, le Laboratoire Central Vétérinaire de Diagnostic (LCVD) a été renové équipé et le personnel formé. Au jour d’aujourd’hui il est en mesure de faire le diagnostic de la rage et tant d’autres zoonoses majeures.
Pour la célébration de l’Edition 2019 de la Journée Mondiale contre la Rage, la Préfecture de Faranah a été choisie, en raison du nombre élevé de cas de morsures de personnes par des chiens. En effet sur 27 échantillons reçus au LCVD, 12 (37,5%) proviennent de cette préfecture et de ceux-ci, huit (8) (66,66%) se sont révélés positifs à la rage.

Déroulement de la cérémonie :

Organisée par le Ministère de l’Elevage, la cérémonie a été présidée par le Ministre de l’Elevage et a connu la participation des autorités politico-administratives de Faranah à tous les niveaux, les hauts cadres du Ministère de l’Elevage et des services déconcentrés, ceux du Ministère de la Santé et de l’Environnement des niveaux régional, préfectoral et sous-préfectoral sous l’impulsion de la plate-forme Nationale « Une Seule Santé » accompagnée par ses partenaires techniques que sont la FAO, l’USAID, l’OMS, Breaktrougth Action, la CRG et REDISSE.

La cérémonie s’est déroulée successivement dans la Commune urbaine de Faranah (célébration de la 13ème édition de la JMR et lancement de la campagne de vaccination contre la rage) et dans la commune rurale de Tiro (lancement de la campagne de sensibilisation sur la rage)….

Quelques images de l’évènement

Vue de la loge officielle lors de la cérémonie

Vue participants

Vue des participants à la cérémonie

Cérémonie de remise de boîtes à image par Breacktrought Action au Ministre de l’Elevage sous le regard attentif du délégué du Représentant de la FAO à la cérémonie

Mobilisation des propriétaires de chiens pour la vaccination de leurs animaux

Mobilisation des femmes à Tiro

Officiel lors de la cérémonie à Tiro

Les AC santé animale formés sur financement REDISSE présentant leurs fiches sur les zoonoses lors de la cérémonie

Pour plus de détails, veuillez télécharger ici le rapport d’activités de la journée mondiale contre la rage:

RAPPORT-MISSION-JMR-Faranah-27-30-sept-2019a-Amendé-Dr-Pépé.docx

Contact

Immeuble Kalinko - 1er étage.  Cité Ministérielle, Commune de Dixinn
Conakry.  République de Guinée
(+224) 621 85 99 12  Email: drgrovogui@gmail.com

Mentions légales

Conformément aux dispositions en vigueurs en République de Guinée pour la Confiance dans l'économie numérique, nous portons à la connaissance des utilisateurs et visiteurs
du site :https://www.ugp-passp-ms.org.gn les informations suivantes : ...

PASSP

Le Projet d’Amélioration des Services de Santé Primaires (PASSP) est un Projet sanitaire initié par le Gouvernement Guinéen ...

REDISSE

Renforcer les capacités intersectorielles nationales et régionales pour une surveillance collaborative de la maladie ...

PSRM

Après la crise de la maladie à virus Ebola, le système de santé s’est affaibli et nécessite un renforcement des structures ...

LABOGUI

Le projet, en synergie avec les projets des autres partenaires techniques et financiers (PTF), se propose d’accompagner ...

PRSCS

Améliorer l’utilisation des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile dans les régions cibles ...