Procédure de Gestion de la Main d’Oeuvre (PGMO)

I-CONTEXTE GENERAL ET OBJECTIF DU PROJET

I.1-Contexte général)

A la date du 14 juin 2021, 175 541 600 cas confirmés de COVID-19, dont 3 798 361 décès, ont été signalés à l’OMS à travers le monde. Sur le plan de la vaccination, au 10 juin 2 156 550 767 doses de vaccin ont été administrées selon l’OMS Cliquez ici pour y accéder

La Guinée a déjà signalé des cas de covid-19 mais une explosion de l’épidémie de covid-19 dans le pays pourrait excéder les capacités déjà mises à rude épreuve du système de santé et être désastreuse sans assistance urgente. Alors que le premier cas de covid-19 en Guinée a été signalé le 12 mars, le nombre de cas confirmés a rapidement atteint, d’après le SITREP de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), au 14 juin 2021, vingt-trois mille trois cent quatre-vingt-dix-huit (23 398) cas confirmés, vingt-un mille quatre cent quatre-vingt-huit (21 488) guérisons et cent soixante-sept (167) décès hospitaliers de COVID-19.

Initialement et principalement confinés à la capitale, Conakry, les cas ont depuis été signalés dans 31 des 33 préfectures du pays. Le niveau de préparation de la Guinée pour répondre à l’épidémie de covid-19 a été qualifié de modéré.

Capitalisant sur son expérience antérieure de l’épidémie d’Ebola, le gouvernement a rapidement élaboré un premier Plan national de préparation et de riposte contre l’épidémie de coronavirus Covid-19 2020 (PNPR) conformément au Règlement sanitaire international (RSI) au début du mois de février 2020 et dont le coût s’est élevé à 48 millions de dollars.

Par la suite, une deuxième version du PNPR a été élaborée à la mi-mars 2020, comprenant le plan d’urgence contre la pandémie de covid-19 ainsi qu’un volet de renforcement du système de santé pour un montant de près de 160 millions de dollars.

Début avril 2020, pour faire face à l’impact socio-économique global de la pandémie, le gouvernement a validé son plan de réponse sociale et économique à travers les actions suivantes :


 Coordination, planification et suivi au niveau du pays : Le pays a activé à un stade précoce les mécanismes nationaux de gestion des urgences de santé publique qui consistent en : (i) un comité interministériel présidé par le Premier ministre et composé de presque tous les ministères, (ii) le comité stratégique interministériel, et (iii) l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) existante, présidée par son directeur général et comprenant les sous-comités techniques généraux ainsi que les partenaires du secteur de la santé.


 Surveillance, équipes d’intervention rapide, enquêtes sur les cas et points d’entrée Au début de l’épidémie, le gouvernement a activé les anciennes équipes de réaction rapide au niveau des régions et des districts. Ainsi, il existe des Equipes Régionale d’Alerte et de Réponse aux Epidémies (ERARE) dans chacune des huit régions administratives et des Equipes Préfectorales d’Alerte et de Réponse aux Epidémies (EPARE)dans chacun des 38districts sanitaires.

La surveillance du Covid-19 a commencé par le dépistage aux frontières, notamment à l’aéroport de Conakry, au port de Conakry et aux ports miniers de Boké et Boffa. Elle a été étendue à l’ensemble des frontières terrestres le 21 mars, compte tenu du nombre croissant de cas dans les 6 pays voisins, dont certains comptaient plus de 500 cas au 14 avril.

Des mesures de quarantaines furent mises en œuvre pour tous les voyageurs qui rentrent au pays par des voies aériennes. En outre, le gouvernement a également fermé ses frontières aériennes et maritimes le 21 mars pour contenir la propagation de la covid-19 dans le pays. Cependant, il convient de mentionner que malgré la fermeture des frontières avec tous ces pays, des déplacements par voie terrestre ont été signalés. En outre, les couloirs humanitaires sont toujours autorisés en Guinée.

Pour aider la Guinée à prévenir l’épidémie et à y répondre, elle a besoin d’un budget supplémentaire pour renforcer les activités de préparation et mettre en place une capacité de réponse à l’épidémie à travers une campagne de vaccination et de prise en charge des nouveaux cas confirmés dans le pays.

Ce projet est préparé dans le cadre global de la réponse COVID-19 de la Banque mondiale, financée par le Fast Track COVID-19 Facility (FCTF).

I.2-Composantes du projet

Il comprend les composantes suivantes :

Toutes les activités proposées dans le cadre de ce projet sont très similaires à celles financées par les projets REDISSE I et PRUVEG. Par conséquent, les activités suivantes s’ajouteront à ces deux projets et en assureront la continuité.

1.2.1-Composante 1 : Intervention d’urgence COVID-19 (9,7 millions de dollars américains)

Cette composante permettra de limiter la transmission locale du COVID-19 grâce à la mise en œuvre de stratégies de confinement. Elle aidera à améliorer les capacités de détection de la maladie grâce à des séances de formation, du matériel de laboratoire, du soutien à la quarantaine, des systèmes d’information pour assurer un enregistrement rapide des cas, la détection des cas, le dépistage des contacts et le traitement des cas, conformément aux lignes directrices de l’OMS énoncées dans le Plan d’intervention stratégique. Cette composante permettra à la Guinée de mobiliser une capacité d’intervention d’urgence par le biais des agents de la santé de première ligne formés et bien équipés. Elle comprend les sous-composantes suivantes : :

1.2.1.1-Sous-Composante 1.1-Détection, conformation, enregistrement et déclaration des cas et suivi des contacts (5,4 millions de dollars américains)

Cela comprend le financement de : (i) l’acquisition et le déploiement d’outils de communication tels que les téléphones et les tablettes et les technologies de l’information et des communications pour appuyer la surveillance et le suivi des contacts et la production de rapports pour les agents de la santé aux points d’entrée et les agents de la santé communautaires; (ii) le renforcement de la gestion des urgences et de la surveillance fondée sur les événements par la formation des agents de la santé communautaire; (iii) le soutien aux enquêtes épidémiologiques; des exercices de simulation multisectoriels et le renforcement des capacités d’évaluation des risques du gouvernement grâce à l’achat de véhicules 4×4, du carburant et des coûts d’exploitation pour les équipes de santé d’urgence; (iv) le renforcement des points d’entrée désignés et les sites d’isolement aux frontières, y compris les ports (Conakry, Boké et Boffa), en les équipements (lits, tentes médicales, thermo flashs, masques, tabliers, blouses, gants…) et en finançant les coûts opérationnels (transport, indemnité quotidienne) pour les agents de la santé aux points d’entrée; former les agents d’urgence et les points d’entrée en matière de santé et leur fournir des trousses (masques, EPI, tabliers, gants, etc.). Cette sous-composante renforcera également la capacité des huit laboratoires en formant le personnel, en achetant des équipements, des réactifs et des tests d’échantillonnage et en fournissant des coûts de fonctionnement………

Pour plus de détails, veuillez télécharger ici le document de la Procédure de Gestion de la Main d’Oeuvre (PGMO)

GUI-UGP-P176706-PGMO-PROCEDURE-DE-GESTION-DE-LA-MAIN-DOEUVRE.pdf

Contact

Immeuble Kalinko - 1er étage.  Cité Ministérielle, Commune de Dixinn
Conakry.  République de Guinée
(+224) 621 85 99 12  Email: drgrovogui@gmail.com

Mentions légales

Conformément aux dispositions en vigueurs en République de Guinée pour la Confiance dans l'économie numérique, nous portons à la connaissance des utilisateurs et visiteurs
du site :https://www.ugp-passp-ms.org.gn les informations suivantes : ...

PASSP

Le Projet d’Amélioration des Services de Santé Primaires (PASSP) est un Projet sanitaire initié par le Gouvernement Guinéen ...

REDISSE

Renforcer les capacités intersectorielles nationales et régionales pour une surveillance collaborative de la maladie ...

PSRM

Après la crise de la maladie à virus Ebola, le système de santé s’est affaibli et nécessite un renforcement des structures ...

LABOGUI

Le projet, en synergie avec les projets des autres partenaires techniques et financiers (PTF), se propose d’accompagner ...

PRSCS

Améliorer l’utilisation des services de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile dans les régions cibles ...